Hô Chi Minh ville, ex-Saigon, est insaisissable. A peine a-t-on appuyé sur le déclencheur de l’appareil photo que le cliché n’est déjà plus d’actualité. Saigon la rebelle, l’indomptée, la ville des  mille et une métamorphoses. Où puise-t-elle son énergie ? Est-ce sa proximité avec le Mékong qui lui donne cette extraordinaire vitalité ?

Un peu d’histoire…

Hô-Chi-Minh-Ville ou Saigon est la plus grande ville du Viêt Nam et son poumon économique, devant la capitale Hanoï. Hô-Chi-Minh-Ville dont le statut correspond à celui d'une province vietnamienne, se divise en 19 arrondissements et 5 districts possédant une superficie de 2 090 km2 pour une population de plus de 8 millions d’habitants.

Elle se trouve sur les rives de la rivière Saigon. Située à proximité du delta du Mékong, cette ville est la métropole du sud du pays. Elle n'était à l'origine qu'un village de pêcheurs Khmer et devint à partir du XVIIe siècle une ville de peuplement vietnamien (et chinois) sous l'impulsion de la cour impériale des Nguyên à Hué. Pendant la colonisation française, elle fut d'abord la capitale de la Cochinchine, puis celle de l'Indochine française de 1887 à 1901. Après la partition du pays issue de la fin de la guerre d'Indochine, Saigon devint la capitale de la République du Việt Nam (1954).

Pendant la guerre du Việt Nam, Saigon était le siège du commandement américain ; son activité économique fut également dopée par la présence de centaines de milliers de soldats américains et son port était embouteillé par l'arrivée d'énormes importations de matériel. Sa prise par les communistes le 30 avril 1975 (chute de Saigon), marqua la fin du conflit. Les vainqueurs débaptisèrent la ville au profit du nom de leur « leader » historique, Hồ Chí Minh, décédé plus de cinq ans auparavant. Néanmoins, de nombreux Vietnamiens continuent de désigner l'ensemble de la ville sous le nom de « Saigon ».

Avant de devenir vietnamienne, Saigon était le plus important port du Cambodge, sous le nom de Prey Kor. Occupé par des Annamites dès le XVIIe, le site est alors baptisé Saigon, puis entouré de murailles au XVIIIe siècle, avant d'être conquis par les Français en 1859. Saigon sera alors connue pendant des années comme le « Paris de l'Extrême-Orient », bénéficiant d'un urbanisme espacé à la Française. La brochure Indo-Chine du Comité de tourisme colonial du Touring club de France note en 1910: « Saigon se présente sous l'aspect d'un immense parc auquel la magnificence des plantes et le coloris de fleurs gigantesques contribuent à donner à cette cité, sur les autres villes d'Extrême-Orient, la supériorité de l'élégance. On peut passer agréablement une semaine à Saigon. »

Aujourd'hui, Hô-Chi-Minh-Ville a perdu l'essentiel de son patrimoine colonial en dehors des monuments et totalement perdu son caractère de « parc urbain ». Sa réputation est celle d'une ville sur-active et bruyante, qui a abandonné la palme du charme colonial à des villes telles que Phnom Penh, Vientiane ou Luang Prabang.

Parmi les monuments les plus connus de la ville, on compte sur la rue Đồng Khởi (ex-rue Catinat); la cathédrale Notre-Dame, en brique rouge importée de Toulouse, sur le modèle de la cathédrale Notre-Dame de Paris; la grande poste centrale dont la charpente métallique fut conçue par Gustave Eiffel; l'hôtel Continental, construit en 1880 par Pierre Cazeau; l'hôtel Majestic, construit en 1925 pour la compagnie Huibon Hoa (créé par des associés originaires de Chine) dans le style colonial français; l'opéra ou « théâtre municipal » construit sur le modèle du Petit Palais à Paris, en 1900.

Les nombreuses pagodes que compte la ville: la pagode de l'empereur de Jade, la pagode de Giac Làm, la pagode Vinh Nghîem; le temple hindou de Mariamman rue Trương Định (ex-rue Lareynière); la mosquée indienne rue Đông Du (ex-rue de l'Amiral-Dupré)

Musée de Hô-Chi-Minh-Ville, situé dans les anciens locaux de la Compagnie des messageries maritimes, bâtiment en brique et plus ancien vestige français. En effet, Saïgon a été la tête de ligne asiatique du transport maritime de passagers et de fret, entre Marseille et l'Extrême-Orient pendant la période coloniale.

La capitale économique du Vietnam se développe à une vitesse supersonique en essayant de rattraper le temps perdu… En bien ? En mal ? L’avenir nous le dira mais à ce jour cette mégalopole profite de ce boom économique.

En cours d'actualisation

En cours d'actualisation